J’ai longtemps attendu. Toutes sortes de choses. J’ai longtemps attendu d’avoir plus. Plus d’argent, plus de formations, plus de confiance en moi. J’ai longtemps attendu d’avoir moins. Moins de fatigue, moins de peur, moins de kilos. J’ai longtemps attendu que tout soit parfait à mes yeux.

L’attente comme seule véritable compagne au cours de ces années de vaches maigres. Une attente pleine de bonnes intentions pour m’aider à faire « les bons choix ». Mais ne dit-on pas que l’enfer est pavé de bonnes intentions ? Je ne voyais pas. Je refusais de voir que cette attente de la perfection me coupait de ma vraie puissance : mon atypie.

Sous l’imperfection, l’atypie

Je ne suis pas classique. Comme tout le monde.

Mes petites imperfections (charmantes au demeurant), mes bizarreries, mes défaillances, mon mode de pensée arborescente, toutes ces petites choses qui sortent de la norme, j’ai longtemps attendu de les avoir totalement transformées pour pouvoir agir.

Je n’avais juste pas compris que c’est par l’action concrète qu’elles se transforment en quelque chose de grand et d’accompli. Et surtout, mon imperfection alliée à mes forces donne ce caractère unique à ma marque : humaine, authentique et volontaire. Pleine d’amour, surtout. Car il en faut de l’amour pour aller au-devant et au-delà de sa propre imperfection.

C’est même là que tout peut arriver.

L’entreprise comme une résidence d’artiste

Mon entreprise est adaptée à mon atypie. Elle me permet de vivre mon fonctionnement multipotentialiste avec sérénité. Une bonne partie de son organisation est abordée comme une résidence d’artiste. C’est-à-dire, un lieu de création basé sur la recherche, l’ébauche et l’expérimentation pour aller vers quelque chose d’abouti dans le geste et le rendu.

Mais avant d’en arriver là, il y a tout un travail qui demande du temps et de l’engagement. C’est un travail qui met aussi face à des inaccomplissements parfois douloureux, puisqu’il s’agit de créer. Tout est à faire, à mettre en mouvement et à remanier pour atteindre ce qui ne sera peut-être jamais parfait. Un péril pour les néophytes.

15 jours de création pure

Dans mon organisation, je prévois tous les 6 mois, 15 jours consécutifs de création. J’entre en résidence. Pour faire le point sur mon entreprise, voir ce qui est à lâcher, ce qui est à améliorer, ce qui est à transformer, ce qui me démange de créer. Sans retenue ni culpabilité. Le plaisir à l’état brut.

L’imperfection comme levier d’innovation

Et c’est souvent dans ces moments que je me sers de ce qui s’est révélé être mon plus grand levier d’innovation dans mon entreprise : l’imperfection.

Car à partir de l’imperfection, je me lance dans une étude approfondie, je recherche et … je trouve ce que je ne cherchais pas et qui est LA réponse. En gardant un esprit tourné vers la création et l’excellence, je favorise l’émergence de la sérendipité.

De l’imperfection à la sérendipité

Accepter de voir son imperfection amène forcément à une quête d’excellence, et donc à un besoin de continuer à apprendre et grandir. Tout l’enjeu est de ne pas s’emprisonner dans une attente interminable que tout soit parfait. Une première action lance le processus vers un chemin qu’il nous est impossible de mesurer totalement. À moins d’être omniscient.

En gardant un esprit ouvert et en aiguisant son attention, on s’ouvre à l’inattendu. Et c’est souvent là que se trouve la prochaine étape, la nouvelle direction, la solution inespérée. Accepter l’imperfection ouvre à ce qu’on ne peut imaginer autrement qu’en cherchant à faire différemment.

Pourtant, accepter l’imperfection ne signifie pas se reposer sur ses lauriers. Il s’agit vraiment d’en faire une matière de création vers une nouvelle excellence.

Et c’est comme ça que l’atypie crée l’inattendu.

Votre atypie comme marque de fabrique

Appuyez-vous sur ce qui vous semble imparfait, bizarre, les « pas-comme-ceux-qui-réussissent ». La réussite est toute personnelle. C’est ce qu’elle nous fait ressentir et vivre qui compte vraiment.

Aussi, libérez votre vision de ce que devrait être ou ne pas être votre entreprise. Et passez en mode artiste en développant votre style, votre geste, votre message.

Avec un sourire accroché à l’âme.

Laisser un commentaire