Chaque jour, je vis avec une promesse faite à moi-même il y a 20 ans déjà. Celle d’agir comme je pense et je ressens. Dans mon cœur.

Je me revois encore dans ce bus me menant au lycée. J’avais alors 15 ans. C’était un de ces moments où je ressens deux réalités se télescoper en un point et me propulse hors de l’espace-temps. Ce jour-là, plantée dans ce décor où le reflet de mon visage de femme en devenir dans la vitre du bus se superposait à la rue qui défile, j’ai été propulsée à l’intérieur. Dans cet ailleurs, tout ce qui m’entourait avait perdu de sa consistance. Une prise de distance directe et immédiate.

À cet instant, j’ai senti l’avenir me faire signe avec des pensées tournoyantes, des images de possibles et la confusion quand mon mental cherchait à comprendre, à saisir et à retenir. J’ai tout stoppé, dans une respiration. C’est alors inscrit en moi, une conviction absolue : « Quoiqu’il arrive, Amélie, suis ton cœur et tu ne pourras jamais te tromper ». Immédiatement confiante et puissante, j’ai entériné cette conviction en me faisant la promesse de ne jamais tuer la petite fille en moi. Car je me souvenais de sa capacité à aimer vraiment et à pardonner immédiatement. C’est-à-dire, sans même y penser.

Chaque jour, je déroule le fil de cette promesse. Je ne peux tout simplement pas faire autrement. Cela m’a amenée forcément à partir de zéro très souvent. Mon entreprise a été le théâtre de mes évolutions multiples. Elle a eu de nombreux noms. Elle a porté de multiples activités et a reflété plusieurs identités. Variations sur le même thème. Tout ça parce que je m’emploie à chaque instant à être fidèle à qui je suis, au fil de mon évolution.

Pour vivre pleinement mon passage sur Terre.
En âme libre.

Entre cet instant il y a deux décennies et aujourd’hui, je ne suis plus la même. Tout comme, je ne suis plus la même de celle que j’étais il y a deux jours, deux semaines, deux mois, deux ans …

Pourquoi ? C’est la nature même de la Vie. Cette Vie dont nous sommes l’une de ses variations sur son propre thème.

Vivre de cette façon demande du courage. Courage de passer à l’action. Et avant ça, courage de se regarder en face, en totale lucidité et en vigilance perpétuelle pour traquer la moindre limite et le moindre conditionnement contraire à ce que je suis, au fond.

Tu sais, au fond, il y a cette vérité, ce Soi qui est Inaltérable, Immense et Souverain. Avec les pleins pouvoirs. Libre. Sauvage. Avec l’esprit vif.

Je dédie chaque jour à le devenir. Toujours un peu plus, toujours un peu mieux. Dans ma vérité présente. En perspective de ma vérité future et en reconnaissance de ma vérité passée. Non sans maladresse parfois. Mais toujours, avec sincérité.

Et puis quand ça fait peur, et surtout quand ça fait peur, j’agis. Car c’est comme ça que nous devenons ce que nous sommes vraiment.

Prodige du frisson,
dénominateur commun de la peur et de … l’amour.

Entreprendre sa voie d’indépendance

Créer mon entreprise a été surtout motivé par l’envie de travailler en toute indépendance. Pas de boss au-dessus de moi. Je suis la Boss. Je décide de mes horaires, de mes revenus, de mes clients, des gens avec lesquels je veux travailler, de mon lieu de travail. Je décide.

Ce rapport à ma dimension professionnelle est vertigineuse. Elle m’envoie de l’autre côté du miroir. Le côté de la lucidité d’être 100% responsable, 100% aux commandes.

Devenir indépendant, c’est entreprendre un voyage en traçant sa propre voie. Mais j’ai appris que cette démarche d’indépendance est très limitée. Voire elle ne fonctionne pas. Et c’est tant mieux ! C’est une vraie chance.

Car à partir de là, j’ai pu entrer pleinement dans la dimension initiatique de l’entrepreneuriat. Être entrepreneur, c’est avant tout un contrat entre soi et soi-même. On peut le refuser. On peut négocier. On peut aussi totalement faire confiance et embrasser tous les termes du contrat. Les honorer. Jusqu’à la dernier ligne.

Après tout, c’est l’attitude adopter par toutes les autres créatures de la Nature. En quoi, serions-nous différents ?

Nous croire en-dehors de la Nature nous pollue et nous réduit. Et ce traitement que nous nous affligeons en tant qu’espèce se propage autour de nous. Nous nous croyons différents des autres espèces de la planète. Nous sommes interconnectés, UN. Nous nous croyons extras (en-dehors). Nous sommes uniques. Nous fantasmons un messie technologique. Nous sommes notre propre héros. Nous croyons avoir peur de la mort, alors que c’est la vie qui nous terrifie.

Or, nous sommes la Vie.

Et tout ce que nous concevons porte l’empreinte de cette Intelligence. Même nos entreprises.

Laissons Être.

Savoir Être

Pour laisser Être, il y a un changement à opérer. À l’intérieur de Soi. Là où réside la véritable innovation.

Être, c’est donner les pleins pouvoirs à une intelligence qui nous dépasse et nous invite à agir en cohérence de notre vérité, plus qu’elle nous défie. Accepter l’invitation nous amène à entrer dans des cycles de naissances et de morts, en nous-mêmes et dans notre entreprise. Je l’ai vécu à plusieurs reprises, et bien que ça puisse faire peur, en réalité, c’est libérateur.

Il y a plusieurs années, lorsque j’étais professeur de danse orientale, j’avais entrepris un vaste travail de recherches sur le mouvement juste (organique) et les archétypes que j’étudiais depuis l’adolescence. Ce travail m’a amenée à découvrir l’ouvrage « Femmes qui courent avec les loups », de C.P. Estès. Il y ait question de Féminin sauvage et donc, de la Vie et de ses cycles. En tant que femme, de part ma réalité physiologique, j’ai vite compris qu’entreprendre pour moi aller se faire en écoutant mon corps et en me basant sur sa sagesse fondamentale pour bâtir sans me trahir. Sinon, où est l’intérêt ? Où est l’intérêt de créer une entreprise si je n’y inscris pas mes propres termes ?

Auss, pour moi, être dans ma justesse comme entrepreneur, c’est mettre en lien et en mouvement mes différentes dimensions technique, créative, émotionnelle, active, mentale et spirituelle. Avec précision. Autrement dit, avec conscience. Un alignement calibré sur la connaissance de ma raison d’Être. Une voie de liberté personnelle qui me guide et m’inspire bien plus que l’indépendance.


Crédit photo : Анастасия Гепп / StockSnap

Laisser un commentaire