Le soir où j’ai posé mes yeux sur le Pas Sage : retour sur le film OVNI signé Céline Boura

Nous sommes le 2 mai 2018. Assise devant mon écran, je passe le seuil de mon envie d’inspiration du moment : je m’offre Le Pas Sage, carte de crédit en main et sourire aux lèvres. Le Pas Sage est un film réalisé par Céline Boura, CEO de La Terre, le ciel et nous (anciennement Le Luxe d’être Soi). Dans la bulle de l’entrepreneuriat français, Céline Boura est une énigme, un mystère, une promesse. Et sa promesse est qu’être soi est le futur des entreprises à vivre dès à présent. Et Céline l’incarne. Mais elle ne s’arrête pas là. Elle le transmet. Le Pas Sage est une  de ses créations au travers de laquelle elle transmet une vision de l’entrepreneuriat qui ouvre au luxe superbe et initiatique d’être soi en laissant la parole à 4 entrepreneurs.

Frissons

Avant même de lancer le visionnage du film, je sais qu’il me faut me créer un espace-temps à part du quotidien pour en savourer toute la beauté. Je mets mon téléphone en mode avion, coupe le téléphone fixe de la maison, prépare une boisson chaude bienfaisante et ferme les rideaux. Je me mets dans l’ambiance. Le film démarre et déjà je suis déroutée. Les premiers mots sont offerts à mes yeux et à mon cœur. Frissons. Là, je me dis : « Alors là, il me faut un plaid ! ». Et ce sera comme ça tout le long du film : de moments de connexion en éclairs de compréhension, je me laisse guidée par les voix, les visages et les pas de ceux qui se confient à Céline avec sincérité.

Sans filtre

L’écriture du film et sa direction artistique m’ont sorties totalement de mes habitudes. Ce n’est décidément pas un simple documentaire. C’est une expérience, sous la peau. Céline semble se faufilait dans notre être pour nous laisser voir ce qu’elle perçoit de chaque personne qui se laisse approcher en confiance et sans filtre. Gros plans sur le visage, les mains, les pieds, la peau, le sourire… On entre dans l’intimité de chaque entrepreneur avec respect. Et chemin faisant, on en capte toute la beauté sacrée.

« On ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux. »

Antoine de Saint-Exupéry, Le Petit Prince.

L’invisible

Au fil du visionnage, je sens que l’essence du film n’est pas tant dans ce qui se laisse voir, mais plus dans ce qui nous permet de ressentir au-delà de l’expérience sensorielle. L’invisible devient tangible, palpitant et incarné dans les regards vifs des 4 protagonistes. Plus de doute possible, l’entreprise danse avec l’invisible – comme la vie, d’ailleurs.

Transmission

Le Pas Sage est une voix, celle de Céline. Bien que peu présente, sa voix ancre un champ de possibles avec un calme profond, comme une respiration. Au travers des voix des 4 entrepreneurs qui ont accepté de témoigner, la voix de Céline devient un écho que chacun des 4 protagonistes module avec sa propre vibration. Ce qui en fait une transmission puissante, car il y a passage d’âme à âme.

Vision

J’ai particulièrement aimé ce film pour ce regard intimiste, sensible et sincère. J’ai été touché par les musiques qui vous remuent les cellules et la beauté unique de chaque témoin. La vision sans filtre dépasse les codes pour créer une oeuvre authentique et amoureusement OVNI.

Le Pas Sage

Pour vous plonger à votre tour dans Le Pas Sage, vous pouvez vous procurer le film ici : www.lepassage-lefilm.com

PS : je n’ai pas pu m’empêcher de le revoir une deuxième fois, dès le lendemain 😀

Laisser un commentaire